• en

Djokovic Novak

MONTE-CARLO ROLEX MASTERS 2019
19.04.2018

D. THIEM/N. Djokovic
6/7, 6/2, 6/3

Interview de NOVAK DJOKOVIC

Q. Vous ne venez pas pour perdre évidemment, mais la semaine a été excellente par rapport aux précédentes. Voyez-vous la sortie du tunnel ?
R. Il y a beaucoup de positif dans ce tournoi. J’ai joué trois matches. Les deux derniers ont duré presque deux heures et demi. J’ai joué trois sets aujourd’hui, contre l’un des meilleurs mondiaux sur terre battue. Le match était serré. Je pense avoir eu mes chances au début du deuxième set et au troisième set. Ensuite, il a été le meilleur. Il a sorti de gros services au moment où il en a eu besoin. Il s’est amélioré au fil du match. J’aurais bien sûr voulu faire certains coups ou certains points différemment. Mais je dois être réaliste et dire que je ne suis pas encore à ce niveau, mais je me rapproche. J’ai senti que je m’améliorais tous les jours. Je ne m’attendais à rien. J’ai joué sans douleur au coude, ce qui est important. Mon coach Marian est revenu, beaucoup de bonnes choses. Nous allons continuer à travailler pour poursuivre l’évolution. Je jouerai sans doute l’un ou l’autre des tournois de la semaine prochaine. Je prendrai ma décision demain. J’espère avoir une Wild Card. J’ai contacté ces tournois, ils seront heureux de me donner une invitation. Nous verrons. Je vais en parler avec Marian et je jouerai car j’ai besoin de matches. Je ne voulais rien décider avant le match d’aujourd’hui. Comme j’ai perdu, je sens qu’il me faut plus de matches. Je n’en ai pas joué beaucoup, disons six, sept, huit depuis juillet. J’ai hâte de pouvoir acquérir plus de confiance sur le court et d’amener mon jeu au niveau désiré. J’ai trouvé que l’intensité était élevée aujourd’hui, le match était serré jusqu’au dernier jeu, au dernier point. Nous étions au coude à coude. Mais il a été le meilleur joueur dans les moments importants.

Q. Thiem dit que nous vous verrons bientôt au plus haut niveau ? Pensez-vous que ce match était un tournant et que vous êtes sur la bonne voie ?
R. C’est certainement ce que je vise pour passer au niveau supérieur. Il faut du temps. Je comprends bien que c’est difficile de jouer au plus haut niveau match après match, surtout si je n’ai pas beaucoup joué en compétition auparavant et que j’ai été blessé, et que j’ai été éloigné des courts pendant six mois. Il faut prendre tous ces éléments en considération. Idéalement, j’aurais voulu jouer au même niveau que j’avais pendant toutes ces années. Mais il faut de la patience. Il faut faire confiance. Je dois croire en moi, en mon jeu, et dans mon entourage. Je sais que si je continue dans cette voie, je vais y arriver. J’ai très bien joué ces deux derniers matches. Il y a encore des hauts et des bas. Chaque match ici a eu des périodes brillantes et j’ai pu dans ces moments-là jouer le tennis que j’aime. Cela me donne beaucoup d’énergie positive pour ce qui va suivre.

Q. Vous hésitez entre Budapest ou Barcelone ?
R. L’un des deux. Je prendrai ma décision demain.

Q. Etes-vous d’accord avec Marian pour continuer à travailler ensemble ?
R. Oui, on en a parlé. Marian va rester avec moi jusqu’à la fin de la saison de terre battue et nous verrons ensuite.

Q. Vous dites que vous devez décider entre Budapest ou Barcelone, quelles sont les raisons qui pourraient vous faire choisir l’un ou l’autre ?
R. Cela dépend de plusieurs choses. Les conditions du tournoi par exemple. Barcelone est le plus grand tournoi. Je ne suis pas dans la même position qu’il y a douze mois, au niveau du classement et de mon jeu. Comme indiqué, je manque de matches. C’est pour cette raison que nous sommes tous d’accord pour dire que je dois jouer le plus possible. Dans mon programme, il y a Madrid and Rome ensuite. J’ai joué trois matches ici. Je n’ai pas joué beaucoup de matches cette année. J’aimerais améliorer ma forme de sorte à être à mon meilleur niveau à Roland Garros, qui est le tournoi le plus important sur cette surface. Madrid et Rome sont l’un après l’autre, ce qui peut être fatiguant, en fonction de mes résultats. J’ai bien réussi dans ces tournois par le passé. Vous voulez évidemment être frais pour ces tournois. Je ne prévois pas de jouer la semaine précédente, ce qui est bien. J’ai encore un peu de temps à passer ici, pour me reposer et m’entrainer et ensuite, je verrai si je vais à Barcelone ou à Budapest. J’ai joué à Barcelone une seule fois il y a longtemps, au début de ma carrière. Je ne me souviens pas bien des conditions là-bas. Budapest est un nouveau tournoi. Je vais en parler avec mon équipe et prendrai une décision demain.

Q. Pouvez-vous maintenant jouer sans penser à votre coude ?
R. Il reste des traces… Je l’ai supporté pendant si longtemps qu’il en reste quelque chose. Je n’accepte pas la peur en général, j’essaie d’affronter ces émotions. Tout le monde peut avoir des doutes, j’essaie d’y faire face le plus vite possible pour ne pas devoir subir pendant longtemps. Le coude a été une grosse histoire depuis deux ans et demi. Il reste des petites traces. Je ne sais pas si mon coude peut s’en ressentir si je joue trop de matches d’affilée. Je n’y pense pas trop, je ne peux avoir d’influence que sur le présent. Avec mon entourage, nous avons tout ce qui était possible pour que mon coude soit dans la meilleure condition possible. Je suis content du résultat pour l’instant, c’est tout ce que je peux dire.