• fr

Rafa sera bien là

ROLEX MONTE-CARLO MASTERS 2018
21.04.2017

Rafael Nadal a battu Diego Schwartzman 6/4, 6/4, vendredi et s’est ainsi qualifié pour les demi-finales. Le Majorquin y retrouvera David Goffin.

Diego Schwartzman ne lui a pas facilité la tâche. Mais ce vendredi en toute fin de session, dans la lumière des projecteurs d’un court Rainier III sur lequel la fraîcheur était retombée, Rafael Nadal a assuré l’essentiel : une qualification pour le dernier carré du Monte-Carlo Rolex Masters. Pour ce faire, Rafa a lutté contre un adversaire valeureux, coaché par Juan Ignacio Chela, qu’il n’a dompté qu’au terme d’un combat long de 1h39, plus ardu que le score ne pourrait le laisser penser (6/4, 6/4).

Peut-être cueilli à froid vue l’heure tardive de début de rencontre –les deux joueurs ont pénétré sur le court à 19h15-, le Manacori a concédé le break d’entrée face à un Diego Schwartzman en mode mobylette. Et très en verve des deux côtés, surtout en revers frappé à deux mains, qu’il a très explosif. Mais les fans de Rafa le savent : le nonuple champion du Monte-Carlo Rolex Masters, en quête d’une historique « decima » en Principauté, est coutumier des départs diesel. Par conséquent, il n’y a pas eu de raison de s’inquiéter. Pas encore. Le Taureau de Manacor a tranquillement débreaké et aligné quatre jeux consécutifs pour se détacher 4-1.

Mais trop court, trop imprécis, pas suffisamment réglé, le jeu de l’Espagnol n’a pas fait mouche. Au contraire, il a permis à Diego Schwartzman de revenir dans le coup et de prendre les échanges à son compte. La cadence ? C’est l’Argentin qui s’est mise à la dicter ! Et qui a à son tour gagné trois jeux de suite. Et il s’en est fallu de peu pour que l’Argentin, 41e mondial, n’en inscrive un quatrième… Mais une fois la nouvelle balle de break écartée, « Rafa » a serré le jeu d’un ace (5-4). Avant de mettre la pression sur la mise en jeu de son adversaire, poussé une fois de trop à la faute en revers. Verdict : 6-4 pour l’Espagnol après… 52 minutes de jeu.

Deux jeux plus tard, la voie vers le dernier carré du Masters 1000 monégasque semblait grande ouverte à « Rafa » : le break et l’avantage pris 2-0. Oui mais. Diego Schwartzman a su saisir l’occasion lorsque l’Espagnol est retombé dans ses travers du premier set : trop de fautes directes et trop de passivité, par moments. L’Argentin a débreaké à la faveur d’un revers « basduf’ » de Rafael Nadal (2-1), avant d’inscrire trois autres jeux, dont deux blancs d’affilée. Mené 4-2, « Rafa » s’est rebellé. A tenu son service (4-3) puis a retrouvé la verve conquérante qui est, au fil des ans, devenue sa marque de fabrique. Un débreak blanc bouclé avec autorité plus tard, le Prince du Monte-Carlo Rolex Masters s’est mis un peu plus à l’abri. Et, alignant un troisième jeu blanc consécutif, il a validé sa présence en demi-finale d’un dernier coup droit gagnant.

Après avoir remercié en français les spectateurs « d’être restés si tard », Rafael Nadal a reconnu que « la journée a été longue. » Et d’ajouter : « les conditions n’étaient pas faciles et les balles lourdes. Mais l’essentiel est d’avoir réussi à me qualifier pour les demi-finales, c’était mon objectif. » Il y retrouvera ce samedi David Goffin, tombeur un peu plus tôt de Novak Djokovic. « Je ne suis pas étonné de le voir à ce niveau, a indiqué Rafa, il a fait un match exceptionnel contre Djokovic. Je m’attends à ce que ce soit difficile contre lui. »