Un choc et une ouverture

Rafael Nadal n’est plus qu’à deux victoires d’un douzième titre au Rolex Monte-Carlo Masters, mais il devrait passer un sacré test ce samedi face à Fabio Fognini. L’Italien est certes mené 11-3 dans leurs duels mais il a toujours causé des soucis à l’Espagnol et l’a déjà battu sur terre battue. Plusieurs fois miraculés dans ce tournoi en remontant un set et un break, l’actuel 18e mondial a la puissance, la vitesse de jeu et le grain de folie qu’il faut pour espérer face à Rafa. A condition qu’il ne paie pas en demi-finales tous les efforts fournis pour en arriver là.

Le n°2 mondial, lui, a dû s’employer en quarts, laissant entrevoir que tout son jeu n’était peut-être pas encore aussi bien réglé qu’on croyait. Mais il a aussi su passer plusieurs vitesses pour rétablir la situation et s’imposer face à Pella : il en a donc beaucoup sous le pied. Pas de secret pour lui face à Fognini, il va devoir dicter le jeu et imposer son lift pour ne pas risquer de mettre en route le rouleau-compresseur adverse. Il va aussi devoir entraîner l’Italien dans un jeu d’usure qui mettra sa patience à mal. Mais Rafa sait aussi que quand le bras de Fabio prend feu, il n’y parfois rien à faire. Tout le défi va être de neutraliser son rival pour ne pas en arriver là.

 

Dans l’autre-demi-finale c’est un plongeon dans l’inconnu. Aucun des deux joueurs n’a encore disputé une demi-finale en Masters 1000, et chacun a montré quelques signes de détresse physique en quarts de finale. La pression de l’enjeu sera énorme alors il est possible de penser que celui qui saura le mieux en faire abstraction passera la ligne en premier. Dusan Lajovic et Daniil Medvedev ont fait très forte impression cette semaine et coupé beaucoup de tête, Novak Djokovic étant la dernière en date pour le Russe. On a senti tellement de sang-froid et de maîtrise chez un 14e mondial, dont les qualités de défens et de contre sont impressionnantes, qu’on est tenté d’en faire le favori de ce match d’ailleurs, même si c’est Lajovic qui est le meilleur terrien des deux. A voir comment Medvedev aura digéré sa victoire face au n°1 mondial, et dans quel état seront ses adducteurs. Lajovic n’a lui absolument rien à perdre alors s’il parvient à jouer libéré et à exécuter son jeu parfait de terrien, il a de quoi emmêler un peu les neurones adverses. Il a les variations pour casser le rythme du Russe, il a les possibilités d’accélération pour le déborder. Seule certitude, le vainqueur de ce match réussira la plus grande performance de sa carrière.

 

 

Nos partenaires