• fr

Djokovic a été testé

ROLEX MONTE-CARLO MASTERS 2018
18.04.2014

Le tenant du titre Novak Djokovic s’est fait peur en quarts de finale. Le n°2 mondial a finalement dominé l’Espagnol Guillermo Garcia-Lopez, mais en trois sets (4/6, 6/3, 6/1 en 2h11), vendredi.

Quelques heures après la secousse Nadal, le public du Monte-Carlo Rolex Masters a tremblé pour son champion en titre, Novak Djokovic. Il a cru le perdre. Mais cru seulement. Car à l’inverse du leader au classement ATP, son dauphin a su se reprendre et monter le curseur de son jeu pour finalement s’imposer en trois sets face à Guillermo Garcia-Lopez, vendredi en toute fin de journée (4/6, 6/3, 6/1).

Sur un court central du M.C.C.C. dont les projecteurs avaient été allumés en raison de la noirceur du ciel, dans la fraîcheur ventée d’une longue journée de tennis en Principauté, Novak Djokovic a d’abord eu du mal à trouver la bonne carburation. La faute à son métronome interne pas encore bien réglé, mais aussi et surtout à un adversaire dont la science innée de la terre battue a fait des merveilles. Guillermo Garcia-Lopez est un homme en forme : il s’est imposé à Casablanca et a dans la foulée tracé sa route jusqu’en quart de finale en Principauté, un niveau qu’il n’avait pas atteint en Masters 1000 depuis Shanghai en 2010.

L’Espagnol de 30 ans a le premier réussi le break dans la partie. Alors que «Nole» semblait bien parti sur son service (40-0), il a peu à peu grappillé les points pour finalement ravir la mise en poussant le Serbe à la faute en revers (2-1). Deux jeux plus tard, balayant le court de gauche à droite et de droite à gauche, usant avec bonheur de son revers slicé et en utilisant à merveille toute la géométrie du terrain, il a doublé son break : 4-1. Comme on pouvait s’y attendre, touché dans son orgueil, Novak Djokovic a choisi ce moment pour hausser le ton. Et il a réussi un premier débreak dans la foulée.

Mais Guillermo Garcia-Lopez a continué à surfer sur la confiance accumulée et il a tenu. Au prix d’une âpre lutte, il a su conserver un break d’avance jusqu’au bout du set, qu’il a remporté à sa troisième tentative grâce à une attaque de revers sur la ligne imprenable. Après trois quart d’heure de jeu, il menait donc au panneau d’affichage. Mais le vent a alors commencé à tourner. Agacé par la perte de cette première manche, le tenant du titre a changé de visage : plus concentré, plus précis et plus offensif encore, il a instillé le doute chez son adversaire. Lequel a de son côté senti la fatigue accumulée ces dernières semaines le rattraper.

Pas au point de totalement perdre ses moyens. Et la foule, avec lui, a encore eu une occasion d’y croire. Ou plutôt deux : à 3-3, 15-40, sur le service de Novak Djokovic, il a commis par deux fois une faute directe. Et laissé passer l’occasion de se rapprocher de la victoire. Car derrière, Nole a fait parler son mental et son retour de service : le break réussi (5-3) puis confirmé pour remporter le deuxième set. Et la machine à gagner qui déroule : 4-0 en sa faveur. Puis un seul petit jeu inscrit par Guillermo Garcia-Lopez dans ce set décisif avant que d’une dernière montée au filet, Novak Djokovic se qualifie pour les demi-finales du Monte-Carlo Rolex Masters. Mais dans la douleur. Roger Federer, son futur adversaire, n’a pas dû en perdre une miette.

«C’était très difficile aujourd’hui, a commenté Nole après la rencontre. Guillermo a été un meilleur joueur que moi les 90 premières minutes, mais ensuite j’ai su mieux négocier les moments importants : notamment à 3-3, 15-40 dans le 2e set. Après, j’ai maintenu mon niveau de concentration, j’ai joué très agressif et je suis très content de m’être qualifié pour les demi-finales.»