• fr

Goffin terrasse Djokovic

ROLEX MONTE-CARLO MASTERS 2018
21.04.2017

David Goffin s’est qualifié pour les demi-finales du Monte-Carlo Rolex Masters en venant à bout, au terme d’une fin de match haletante et de très haut niveau de Novak Djokovic (6/2, 3/6, 7/5), vendredi. Le Belge s’en est sorti au tennis et au courage.

Il est 19h10. Le dernier rayon de soleil a quitté le court Rainier III depuis un moment déjà. La lumière du jour diminue inexorablement. Rafael Nadal, le Taureau de Manacor, piaffe d’impatience dans le vestiaire des joueurs. Son quart de finale n’a toujours pas débuté. Ça doit le rendre fou. Et pour cause, après les succès en trois sets d’Albert Ramos Vinolas contre Marin Cilic (6-2, 6-7, 6-2) et de Lucas Pouille face à Pablo Cuevas (6-0, 3-6, 7-5), le troisième quart de finale entre Novak Djokovic et David Goffin s’éternise. Mais électrise et réchauffe le public d’un Central quasiment comble. Les deux joueurs se rendent coup pour coup depuis plus de deux heures et demie. 6-5 pour Goffin dans le troisième set alors que Djokovic a mené 4-2. Le Belge lâche tout et se procure deux balles de match. 15-40. La tension est à son comble.

Djoko, bousculé par Gilles Simon au deuxième tour, inquiété par Pablo Carreno Busta en huitièmes, va-t-il cette fois lâcher prise ? Ace. Et pan. 30-40. Le revers de Goffin accroche la bande. 40-40. Irrespirable. Glacial comme la température. Puis une troisième balle de match. Enchaînement service et coup droit gagnant. Chirurgical. Puis une quatrième. Encore la bande de filet en revers pour Goffin. Maudit ? Après 2h37, la cinquième. Le retour est long, les trajectoires un peu plus bombées par sécurité. Et soudain, Djokovic s’écroule en revers. C’est fini. David Goffin, héroïque, magnifique, peut lever les bras au ciel. Beau joueur, Djokovic l’étreint longuement. Même lui retrouve une sérénité qui lui a pourtant fait souvent défaut durant la rencontre.

« C’est incroyable lâche timidement Goffin au micro du speaker. C’était tellement dur. Au troisième, j’avais ce break de retard. J’ai eu des opportunités mais je n’arrivais pas à revenir. Je me suis dit ‘’continue d’attaquer’’. Je me suis accroché sur tous les points. Autant que j’ai pu. Je sentais que je tapais bien la balle, que je proposais des choses, que je pouvais y aller franchement. Je suis tellement heureux. »

Novak Djokovic ne réussira pas le triplé des années impaires après ses succès en 2013 et 2015. Logique finalement. Le Serbe connaît un début de saison délicat et sa blessure au coude n’a pas aidé à sa reconstruction. Il était branché sur courant alternatif depuis le début de la semaine. Tantôt brillant, tantôt absent. Tantôt agressif, tantôt passif. Tantôt souriant, tantôt bougon. Tantôt déterminé, tantôt colérique. Tantôt imperturbable, tantôt incontrôlable. Un set gagné, un set perdu. Sinusoïdal. Simon avait servi pour le match à 5-4 mardi. Carreno Busta avait recollé après avoir été mené 6-2, 2-0 balle de 3-0. En vain.

Cette fois, le scénario s’inversa. C’est Goffin qui prit à la gorge un Djokovic étrangement docile et empocha le premier set 6-2. Réponse immédiate et gain de la deuxième manche 6-3. Puis le break 2-0 tenu jusqu’à 4-2. Mais Goffin trouva un second souffle, agressa à nouveau le Serbe, le saoula de coups puissants et longs. Il revint. Le public prit fait et cause pour ce  « frêle » (68 kg) et « petit » (1,80m quand même) bonhomme au timing hallucinant. Une attitude qui sembla agacer Djokovic, remonté également contre son clan impuissant, contre les ramasseurs trop lents, contre les dieux et la Terre entière. « L’atmosphère sur le court était géniale remercia Goffin. Vous avez été super. J’ai même aperçu, comme d’habitude, des drapeaux belges. Merci. Et je vous dis à demain. »

Après deux gros combats face à Dominic Thiem et Novak Djokovic se dresse désormais face à lui Rafael Nadal, nonuple vainqueur du Monte-Carlo Rolex Masters. Bon courage. « Priorité à la récupération ce soir, glissa Goffin. Et j’espère que ça ira pour la demie. Mais je n’ai pas de bobos. Je me sens bien physiquement. »

Bonne nuit David avant de défier Goliath.