• fr

Nadal évidemment ?

ROLEX MONTE-CARLO MASTERS 2019
21.04.2018

Il y a d’abord les chiffres. Etourdissants. 94% de victoires à Monte-Carlo (92% sur l’ensemble du circuit). 67 succès pour 4 défaites seulement au M.C.C.C. 10 titres. 12 finales. 53 Trophées sur la surface. 34 sets gagnés consécutivement sur brique pilée (depuis les deux perdus lors de sa défaite contre Dominic Thiem en quart de finale à Rome l’an dernier). Et ce souvenir, un peu poussiéreux, mais indélébile, de 81 matches gagnés consécutivement sur terre battue entre 2005 et 2007.

Il y a les face à face ensuite. Assommants. En onze confrontations contre Nishikori, Nadal s’est imposé neuf fois. Dont trois fois sur terre battue en trois rencontres. Et lors de leurs deux précédentes finales (à Barcelone en 2016 et à Madrid en 2014). Une impression de domination à légèrement nuancer puisque après avoir perdu ses sept premières rencontres face à Nadal, le Japonais est à 2-2 lors des quatre dernières et a même remporté la plus récente, pour la médaille de bronze aux JO de Rio en 2016.

Il y a l’impression enfin. Inquiétante. Ou rassurante, selon le côté du filet où l’on se place. Rafael Nadal n’avait plus joué en tournoi depuis son abandon au cinquième set de son quart de finale de l’Open d’Australie contre Marin Cilic. Il avait donné un aperçu en Coupe Davis avec deux succès convaincants et expéditifs contre Kohlschreiber et Zverev. Mais allait-il enchaîner au Rolex Monte-Carlo Masters ? La réponse est cinglante. Un parcours sans accroc, aucun set perdu, une très grosse prestation contre Dominic Thiem, son dernier bourreau sur terre, en quart de finale. Puis un quart maîtrisé, malgré quelques approximations, contre Grigor Dimitrov. Sans parler de cette recherche de la perfection permanente. A peine la main du Bulgare serrée, Nadal rejoignit son banc, et scène cocasse, empoigna son téléphone portable pour envoyer un sms à son entraîneur Carlos Moya. La raison ? Réserver un court pour une séance d’entraînement supplémentaire en fin d’après-midi afin de peaufiner des détails qui n’avaient pas fonctionné contre Dimitrov. Hallucinant ! L’atout fraîcheur sera également à l’avantage de Nadal puisque le Manacori n’a passé « que » 5h14 sur le court, contre près du double à Nishikori (10h20).

Alors oui, évidemment, Rafael Nadal est grandissime favori pour décrocher un 11e Trophée au Rolex Monte-Carlo Masters. Un statut qui le fait bien rire. « Honnêtement, je ne me sens pas favori quand j’arrive sur un tournoi, expliqua-t-il, calmement. C’est du vent. Vous devez l’écrire, alors écrivez-le, mais le favori, c’est celui qui soulève le Trophée à la fin le dimanche. »

Kei Nishikori est-il capable de bouter le roi hors du trône ? Et bien pourquoi pas. Le 36e mondial (mais ex 4e, en 2015) revient de tellement loin que plus rien ne semble impossible. Sérieusement blessé au poignet droit, il avait mis un terme à sa saison lors du Masters 1000 de Montréal en août l’an dernier après une défaite d’entrée contre Gaël Monfils. Fin janvier-début février, il reprenait à peine en challenger à Newport et Dallas. Il y  eut bien une demi-finale à New York mais ensuite, une seule victoire et deux défaites à Acapulco et Miami. Dans la catégorie « invité surprise » en finale du Rolex Monte-Carlo Masters, le Japonais décroche la palme. Mais son plaisir de rejouer, son imprévisibilité, sa motivation de retrouver le Top 10 le plus vite possible, son tennis hors des codes et sa couverture de terrain lui confère des atouts non négligeables. En demi-finale, il a tout de même logiquement dominé Alexander Zverev, n°4 mondial, malgré la perte du premier set. Il prétend jouer de mieux en mieux. C’est vrai. Mais il ne faudra pas bien jouer, ce dimanche, à partir de 14h30, en finale, contre Rafael Nadal. Il faudra disputer un match parfait.

 

Leur parcours

Rafael Nadal :

1er tour : bye

2e tour : bat Aljaz Bedene (SLO) 6-1, 6-3 en 1h17’

1/8e de finale : bat Karen Khachanov (RUS) 6-3, 6-2 en 1h18’

Quart de finale : bat Dominic Thiem (AUT) 6-0, 6-2 en 1h07’

Demi-finale : bat Grigor Dimitrov (BUL) 6-4, 6-1 en 1h32

 

8 sets gagnés / aucun perdu – Temps passé sur le court : 5h14

 

Kei Nishikori :

1ertour : bat Tomas Berdych (RTC) 4-6, 6-2, 6-1 en 1h46’

2etour : bat Daniil Medvedev (RUS) 7-5, 6-2 en 1h40’

1/8ede finale : bat Andreas Seppi (ITA) 6-0, 2-6, 6-3 en 1h46’

Quart de finale : bat Marin Cilic (CRO) 6-4, 6-7, 6-3 en 2h55’

Demi-finale : bat Alexander Zverev (ALL) 3-6, 6-3, 6-4 en 2h13’

 

10 sets gagnés / 4 perdus – Temps passé sur le court : 10h20

 

Face à face

Rafael Nadal – Kei Nishikori 9-2

3-0 sur terre battue

2016, Barcelone, finale, Nadal 6-4, 7-5

2014, Madrid, finale, Nadal, 2-6, 6-4, 3-0 abandon

2013, Roland-Garros, huitième de finale, Nadal 6-4, 6-1, 6-3