• fr

Nadal, il est « dix » moins une…

MONTE-CARLO ROLEX MASTERS 2018
22.04.2017

Rafael Nadal s’est qualifié pour sa 11e finale au Monte-Carlo Rolex Masters en venant à bout en deux sets de David Goffin (6/3, 6/1). Il y affrontera un autre gaucher espagnol, Albert Ramos-Vinolas.

C’est fou. Fou comme un incident d’arbitrage a semblé donner une nouvelle physionomie, samedi au Monte-Carlo Rolex Masters, à une demi-finale au sommet entre deux adversaires faisant partie des hommes les plus en forme depuis le début de la saison. Ce serait faire un affront à Rafael Nadal que d’imaginer qu’il n’aurait pas su se sortir tout seul d’une situation piégeuse sans avoir bénéficié de l’aide, bien involontaire, d’un élément extérieur. Non. En revanche, qu’une « boulette » de l’arbitre de chaise de la rencontre Cédric Mourier, ait complètement sorti du match David Goffin, c’est incontestable…

Ayant entamé tambour battant le match –le break réussi dès le troisième jeu (2-1), le Liégeois était en effet clairement le joueur le plus offensif du début de match. La où son revers long de ligne frappé en extension faisait mal à Rafael Nadal, ce dernier ne parvenait pas encore à se régler et donnait beaucoup trop. Puis le sixième jeu est arrivé. Extrêmement accroché, car « Rafa » avait commencé à retrouver un peu de sa superbe et de sa longueur de balle. A sa sixième occasion dans ce jeu, David Goffin et avec lui tout le public, et même son adversaire, a cru s’être détaché 4-2. Avant que l’arbitre de chaise ne décide de descendre vérifier la marque… Ou plutôt une autre marque. Erreur. Contestation du Belge. En vain. Point à rejouer. Et le jeu finalement remporté quelques minutes plus tard par le Manacori.

« Personne ne peut dire si ce point a complètement changé la physionomie du match, a expliqué Rafael Nadal. A 3-2 ou 4-2 il y a encore énormément de points à gagner et je ne sais pas quel aurait été le scénario. Sur le point lui-même, si la marque avait été de mon côté du court et en sa faveur, j’aurais évidemment donné le point car je suis pas un tricheur. Mais là, c’était de l’autre côté du filet et je n’allais pas m’opposer à la décision de l’arbitre. C’est bien pour cela qu’il y a un arbitre. »

Derrière, « Rafa » était lancé. Et David Goffin débordé. Au point de ne plus inscrire, jusqu’à la fin de la rencontre qu’un seul jeu, d’entrée de deuxième set. Dommage que la victoire ait laissé un petit goût amer, sans rien enlever au mérite de Rafael Nadal. Mais tout le monde aurait aimé voir un David Goffin aussi combattif que durant la première demi-heure jusqu’à la fin. Reste que « Rafa » est aussi redevenu « Rafa » à partir du milieu de la première manche et que cela a fait plaisir à voir. Au service, le nonuple champion du Monte-Carlo Rolex Masters a même rendu une copie plus propre que depuis le début du tournoi : 67% de première balle et 86% de points gagnés sur premières.

Rafael Nadal, qui s’est ainsi qualifié pour sa 11e finale en Principauté, n’est désormais qu’à une victoire d’une dixième victoire à Monte-Carlo. Une « decima » qui serait historique. Pour y parvenir, il devra battre, ce dimanche en finale, son compatriote Albert Ramos-Vinolas, un gaucher, comme lui. « Je suis très heureux de m’être qualifié pour une nouvelle finale ici, a déclaré « Rafa ». David a réussi un très beau début d’année et je lui souhaite vraiment le meilleur pour le reste de la saison. Disputer une 11e finale à Monte-Carlo, un tournoi que j’aime tellement, c’est impressionnant et c’est une sensation très agréable. Je ne pense pas du tout au fait que je n’ai pas gagné de titre depuis Barcelone l’an passé. Je sais que je suis compétitif et que je joue bien. »