• fr

Nadal s’est fait peur

MONTE-CARLO ROLEX MASTERS 2017
19.04.2017

En quête de la « decima » à Monte-Carlo, Rafael Nadal a eu toutes les peines du monde à se débarrasser du Britannique Kyle Edmund 6-0, 5-7, 6-3 en 2h18 et jouera Alexander Zverev en 1/8e de finale.

Rafael Nadal a beau être le nonuple vainqueur du Monte-Carlo Rolex Masters, il n’en retire pour autant aucun privilège sur le terrain. Pas de « petit » adversaire et pas de match facile a priori. Et comme d’autres prétendants au titre avant lui dans cette 111e édition du tournoi monégasque – Novak Djokovic, Andy Murray ou Stan Wawrinka- le Manacori s’est fait peur pour son entrée en lice, ce mercredi.

Opposé au Britannique Kyle Edmund, 22 ans, pas un grand spécialiste de terre battue loin s’en faut, mais prenant crânement sa chance, « Rafa » a pris son temps pour valider sa présence en huitièmes de finale, mais s’est finalement imposé 6/0, 5/7, 6/3 en 2h18. Une entrée en matière en deux, voire trois temps, où le protégé de Carlos Moya –aux cotés, jusqu’à la fin de la saison, de Toni, le tonton et coach de toujours- a montré au moins autant de visages.

La première manche, d’abord. Elle a été celle de la tranquillité. Le break réussi d’entrée à la faveur d’un premier jeu de service débuté sur une double faute par Kyle Edmund, puis les jeux qui ont défilé, inexorablement, en faveur de Rafael Nadal : 6-0 en 28 minutes. Et pas vraiment l’occasion d’être poussé dans ses retranchements. La hauteur, la longueur et la lourdeur de sa balle faisaient mal à un adversaire encore sous l’éteignoir. Mais ce serait méconnaître le tennis que de penser que la physionomie de la rencontre allait en rester là.

Et pourtant. Lorsque « Rafa », toujours lui, a réussi un nouveau break pour se détacher 2-1, service à suivre dans le deuxième set, peu nombreux étaient ceux qui, depuis les tribunes, auraient donné cher de la peau du Britannique. Mais du haut de ses 22 ans, celui qui disputait cette année son tout premier Monte-Carlo Rolex Masters a choisi ce moment précis pour courageusement monter d’un cran. Et lâcher les chevaux, notamment en coup droit, qu’il a surpuissant. Attaquer, attaquer et encore attaquer. Systématiquement, sans relâche et crucifier dès que possible Rafael Nadal d’une gifle de coup droit. Ou parfois en revers, à deux mains, qu’il frappe aussi très bien.

Bilan : trois jeux consécutifs alignés et un « Rafa » qui a commencé à reculer et donner un peu moins de longueur à sa balle. Derrière, la punition a souvent été facile pour l’explosif British. Au point de prendre la tête 4-2 dans ce set, et d’entrer dans la tête du nonuple champion de Monte-Carlo. Lequel a recollé, au prix de pas mal d’efforts, au score. Mais s’est laissé surprendre d’une attaque de revers dans le douzième jeu. Sur le fil, Kyle Edmund est ainsi revenu à un set partout. Face à un Rafael Nadal quelque peu désemparé.

Et le troisième set s’est profilé comme celui de tous les dangers pour le Taureau de Manacor. Loin d’être serein, « Rafa » s’est souvent montré trop timide au service et pas assez tranchant dans l’échange : Kyle Edmund a bien failli en profiter quand, à la faveur d’un passing de coup droit le long de la ligne, il s’est procuré une balle de 2-1. Sauvée par Rafael Nadal qui, comme en écho, a, lui, breaké dans la foulée (3-2). Et si Kyle Edmund a renversé une première fois la vapeur (3-3), le deuxième break réussi par l’Espagnol a été quasi fatal (4-3).

Une fois sa mise en jeu conservée au prix d’un jeu sous tension maximale et conclue sur une clameur du public (5-3), « Rafa » a pu conclure d’une attaque de coup droit. Et pousser un grand « ouf » de soulagement. L’entrée en matière aurait pu être plus sereine, mais l’essentiel a été assuré. « C’est vrai que le niveau de Kyle dans le deuxième et le troisième set m’a surpris, a commenté l’intéressé après coup. J’ai connu un bon début de match, mais parfois, gagner 6-0 le premier set cela n’aide pas parce que l’on sait que ce n’est pour ainsi dire pas réel. Il a livré un grand match, il a été super agressif. Je suis heureux de m’en être sorti car je n’étais pas bien à un moment du troisième set… »

Jeudi en huitième de finale, Rafael Nadal a rendez-vous avec Alexander Zverev, qui fêtera d’ailleurs ses 20 ans sur le court Rainier III. Là, le Majorquin sait à quoi s’attendre : l’an dernier à Indian Wells, le jeune Allemand avait eu balle de match contre lui avant de s’incliner et cette année à Melbourne, « Sascha » avait poussé « Rafa » aux cinq sets. « J’ai eu des matches difficiles contre lui, a-t-il confié. Sascha a de grandes chances de devenir n°1 mondial un jour, ce match sera un bon test pour moi. Quoi qu’il en soit, je suis content de pouvoir passer encore un peu plus de temps sur ce court qui est l’un des plus importants de ma carrière. »