• fr
  • it

Federer fait tomber Djokovic

ROLEX MONTE-CARLO MASTERS 2018
19.04.2014

Roger Federer a dominé Novak Djokovic en demi-finales du Monte-Carlo Rolex Masters, samedi (7/5, 6/2). Le n°4 mondial retrouve en finale un autre Suisse : Stanislas Wawrinka.

La pluie était, paraît-il, attendue sur Monaco en milieu de journée. Elle n’est jamais arrivée. A sa place, le soleil est venu réchauffer de ses rayons la terre battue du court central et ainsi permettre aux joueurs de laisser la quintessence de la surface s’exprimer. Et ses subtilités éclater. En revanche, une autre rumeur était, elle, avérée : Novak Djokovic avait effectivement arrêté son échauffement, un peu plus tôt, après seulement dix minutes et cinq tentatives au service. La faute à son poignet droit, douloureux depuis plusieurs jours.

Lorsque le tenant du titre a pénétré sur le court, juste derrière Roger Federer, et le bras droit emballé dans un emplâtre allant du dessous du coude jusqu’au poignet, il était pourtant prêt à en découdre dans cette demi-finale du Monte-Carlo Rolex Masters. Mais en sachant que, probablement, face à un adversaire aussi en forme que le n°4 mondial cette semaine, il ne serait pas en mesure de défendre pleinement ses chances.

UN PEU DE « PIQUANT »


Mais un Novak Djokovic diminué reste malgré tout un Novak Djokovic qui se bat et donne tout. Et le mano a mano attendu, avec tout ce qu’il réserve d’incertitude, a bien eu lieu. Moins gêné que l’on ne pouvait s’y attendre au service durant les premiers jeux, le Serbe a fait parler ses talents de retourneur infatigable et sa science des lignes. Roger Federer a, lui, montré d’entrée sa présence au service, tout en lançant un signe fort quant à son aptitude du jour dans les déplacements. Et comme son maniement à bon escient du revers slicé est venu compléter la panoplie, c’est lui qui, le premier, s’est procuré une occasion de breaker, à 5-4 : un coup droit hors limite après une deuxième balle l’a malheureusement pour lui gâchée.

Novak Djokovic s’est alors relancé et, comme souvent au tennis, il s’est dans la foulée à son tour procuré deux balles de break. Bien sauvées par un Roger Federer habile au service. La rencontre a alors goûté un peu plus « piquant » et «Nole» laissé son esprit vagabonder quelques minutes de trop : alors qu’il menait 40-0 sur sa mise en jeu, il a laissé le Suisse revenir à hauteur, puis se détacher, sur un dernier revers du Serbe dans le filet. Le break cette fois réussi, et confirmé dans la foulée grâce à un bon jeu de service : 7-5 en 49’.

NOLE, UN RIEN DESABUSE

Visiblement réglé en service et en coup droit, Roger Federer a alors livré un festival sur terre battue. Tandis que de son côté, Novak Djokovic un rien désabusé lançait des regards qui en disaient long à son clan, et notamment à Boris Becker, au premier rang de la loge. Un bon contre-pied suivi d’un revers long de ligne juste dans l’angle, et l’homme aux 17 titres du Grand Chelem a pris l’avantage au score (2-1), juste avant l’heure de jeu. Avant de doubler la mise deux jeux plus tard, à la faveur d’un retour trop long de son adversaire (4-1). Dès lors, la conclusion n’était plus qu’une formalité, ou presque. Et Roger Federer a scellé la victoire, synonyme d’une quatrième finale pour lui en Principauté, à la faveur d’un ultime retour trop long de Novak Djokovic.

«Le premier set s’est joué à de petits détails, a analysé après la rencontre Roger Federer, et il aurait pu tourner dans l’autre sens. Mais j’ai su être agressif, alors je suis content. Novak lui, était déçu à cause de son physique et de son bras. Pour moi, le rêve continue ! En plus, jouer Stan en finale, ce sera encore plus spécial.» «Je suis évidemment très déçu de ne pas avoir pu jouer à mon meilleur niveau et avec toutes mes armes, a de son côté commenté Novak Djokovic. J’ai fait le maximum depuis dix jours, beaucoup de soins, mais avec l’enchaînement des matches et notamment celui d’hier avec des balles très lourdes, je n’ai pas pu récupérer. Cela n’enlève évidemment rien à la belle victoire de Roger. Maintenant je vais repasser des examens. Je ne sais pas pour combien de temps je ne pourrai pas jouer au tennis, mais je ne regrette pas d’avoir joué, Monaco est un de mes tournois préférés et en plus j’avais gagné l’année dernière.»