Fritz pétille !

Soyons honnêtes : le grand livre d’histoire du Rolex Monte-Carlo Masters ne déborde pas d’exploits de joueurs américains. L’hymne du pays de l’Oncle Sam n’a jamais retenti sur le court central du M.C.C.C. Elevés sur dur, les tennismen venus des States sont rarement des férus de terre battue. Et pour ne rien arranger, le premier grand rendez-vous du printemps sur brique pilée, en Europe, se déroule juste après une grosse tournée américaine sur… ciment.

Mais de temps en temps, un Américain débarque en Principauté en peu en dilettante et finit par se prendre au jeu. Pour cette 115e édition du tournoi, la « new génération » d’outre Atlantique a dépoussiéré les statistiques avec un duel entre Taylor Fritz, 24 ans, et Sebastian Korda, 21 ans, pour une place en quart de finale. Une première depuis 35 ans. Les « pionniers » s’appelaient alors Jimmy Arias et Aaron Krickstein. Le premier avait battu le second (7-5, 6-1) avant d’atteindre la finale (défaite contre Mats Wilander 4-6, 7-5, 6-1, 6-3). Depuis, un autre Américain avait atteint les quarts de finale à Monte-Carlo, Sam Querrey, en 2008, éliminé par Novak Djokovic. Mais c’est à peu près tout.

Alors retrouver Taylor Fritz dans le grand huit du Rolex Monte-Carlo Masters constitue une surprise. Surtout pour ceux qui ont assisté à son premier match, sur le Court des Princes, face à l’invité monégasque Lucas Catarina, 430e au classement ATP. Le 13e mondial était passé tout près de la défaite (6-7, 7-6, 6-4) et s’en était sans doute sorti à l’orgueil. Ce fut un peu mieux mais compliqué tout de même face à Marin Cilic (6-3, 4-6, 6-4). Et puis, les jours passant, Fritz se prend au jeu. Jeune et insouciant, débordant de confiance après son premier titre en Masters 1000 à Indian Wells, après avoir infligé, s’il vous plait, sa première défaite de la saison à Rafael Nadal, l’Américain a signé mercredi son 20e succès de l’année 2022 en dominant son compatriote Sebastian Korda.

Les deux joueurs ont offert une belle opposition de style entre un Fritz puissant et s’appuyant sur un gros service (11 aces) et un Korda distribuant et variant le jeu à merveille, avec des coups à plat au timing parfait et un jeu au filet très habile. Korda se procura la première occasion de break à 3-2, écartée d’un ace, Fritz deux le jeu suivant là encore effacées par deux grosses premières. Plus rien jusqu’au tie-break où Fritz profita de deux fautes directes de son adversaire pour conclure 7 points à 4.

Dans la deuxième manche, Korda, marqué par son marathon de la veille face à Carlos Alcaraz, accusa le coup physiquement, remonta un break de retard sur une amortie délicieusement caressée mais craqua ensuite complètement.

Clin d’œil de la programmation. Quelques instants après leur huitième de finale, Taylor Fritz et Sebastian Korda repartaient vers le court 9, pour jouer ensemble, leur double contre Rohan Bopanna et Jamie Murray.

Nos partenaires