Fritz surclasse Tsitsipas

Lentement mais sûrement, il prend ses marques sur terre. Sur le papier, Taylor Fritz n’a pas franchement le pedigree d’un terrien. Mais aujourd’hui, sur le Court Rainier III baigné de soleil, le jeune américain, 10e joueur mondial se sentait des ailes. Très solide sur son service, il ne s’est pas laissé impressionner par le palmarès de son adversaire, Stefanos Tsitispas, 3e joueur mondial et double tenant du titre au Rolex Monte-Carlo Rolex.  L’Américain a déroulé sans trembler pour s’imposer en deux manches 6-2, 6-4 et à peine 1h10 de jeu. Fritz met fin à la série de 12 victoires consécutives du Grec à Monte-Carlo.

Pourtant Fritz ne partait pas franchement favori. L’Américain n’avait jamais gagné contre Tsitsispas. Trois rencontres trois défaites. Toutes sur dur. Alors sur terre, la probabilité pour le 10e joueur mondial d’inverser la tendance semblait très faible. Mais il a su profiter des errances du N°3 mondial, visiblement encore gêné par une blessure récurrente à l’épaule droite.

«Dans les moments clés, quand j’étais sous pression, j’ai réussi à l’empêcher de dicter l’échange avec son coup droit », a confié Fritz à la fin du match.

L’Américain lâchait ses coups sans se poser de questions. En face, Tsitsipas commettait un nombre inhabituel de fautes directes, notamment en coup droit. Le Grec, un cérébral, connu pour sa tendance à cogiter quand ça va mal, secouait la tête de dépit.

Après la perte du premier set 6-2, le double-tenant du titre a mieux joué en début de seconde manche, lâchant quelques jolies attaques de coup droit court croisé.

Breaké dans le 7e jeu, le Grec est parvenu à débreaker pour revenir à 4-4 partout sur un superbe coup gagnant mais un très mauvais jeu de service à suivre, conclu par une énième grosse faute en coup droit sur la première balle de break, a redonné l’avantage à Fritz. A 5-4, le jeune Américain pouvait servir pour le gain du match. Il a conclu sur un ace pour s’imposer 6-2,6-4 et s’inviter dans le dernier carré.

crédit photo
Corinne Dubreuil/ATP Tour

A 25 ans, Taylor Fritz prend conscience que la terre battue monégasque pourrait devenir son jardin. Premier Américain à atteindre deux années de suite les quarts- de- finales à Monte-Carlo depuis Vitas Gerulaitis en 1980, il est le premier à se hisser en demi-finales depuis Vincent Spadea en 2003.

« Chaque fois que joue sur ce court, je me sens bien. Mon niveau était très élevé aujourd’hui. J’ai fait un bon match. Battre Stefanos Tsitsipas ici à Monte-Carlo… j’ai du mal à y croire. Je n’aurais pu rêver mieux pour booster ma confiance; pour me donner l’assurance nécessaire pour croire je suis capable de bien jouer sur terre battue»,  avoué Taylor Fritz.

En demi-finales, vendredi, Taylor Fritz affrontera Andrey Rublev, N°5 mondial. « Ca va être un match difficile. C’est un très bon joueur, un bon copain. Je suis excité à l’idée de ce challenge qui m’attend », a ajouté Taylor Fritz.

 

Nos partenaires