Tsitsipas : “C’est juste incroyable !”

Malgré le masque de rigueur, impossible de ne pas deviner le large sourire sur le visage de Stefanos Tsitsipas au moment de la cérémonie de remise des Trophées. Après un check du coude avec S.A.S le Prince Albert II et les félicitations de Mélanie-Antoinette de Massy, présidente de la Fédération Monégasque de Tennis, le Grec a pu partager sa joie avec les suiveurs du tennis du monde entier par visioconférence.

« Stefanos, qu’avez-vous ressenti à la fin du match ?

Je me disais surtout qu’il fallait se battre jusqu’au bout. Sur le dernier point, j’ai surtout cherché la profondeur, sans rater. Le reste, je ne peux pas le décrire. C’était juste inimaginable. Tellement de choses ont traversé mon esprit. Tellement de souvenirs d’enfants sont remontés à la surface. C’est juste incroyable. J’aime exprimer mes émotions. Certains joueurs le font peu, même lorsqu’ils gagnent. Mais moi ça me fait du bien. J’en ai besoin.

Tout au long de la semaine, vous avez été très concentré…

Le tennis, c’est ça. Tout part du mental. Si tu n’es pas focus en permanence, sur chaque point, ça ne marche pas. Même si tu joues un super point, le suivant, tu dois être prêt dans la tête. On apprend à chaque match.

Vous vous entraînez souvent à l’Académie de Patrick Mouratoglou, en France. Vous parlez grec, anglais, russe. Et le Français ?

Je parle un petit peu (il prononce ces mots en Français)… J’aimerai beaucoup mieux maîtriser votre langue. Je prends des cours. Je voudrais parler le Français couramment. Je vous promets que ça viendra. Il faut beaucoup de temps pour apprendre le Français. C’est très difficile. Mais c’est une belle motivation.

Vous serez leader de la Race après cette victoire au Rolex Monte-Carlo Masters. Ca compte à vos yeux ?

C’est valorisant. Mais ce n’est que le début de la saison. De nombreux joueurs n’ont pas joué beaucoup de tournois. Mais c’est encourageant d’être leader. Il reste beaucoup de chemin, beaucoup de tournois, beaucoup d’objectifs. On en revient à l’investissement. Au mental. Il faut en permanence se recentrer. Alors attention à Barcelone la semaine prochaine. Je suis bien physiquement, bien mentalement. Il faut continuer…

Nos partenaires